En raison de la crise sanitaire, l'expédition sera retardée ** LIVRAISON GRATUITE DE PLUS DE 99 $ **
USD
  • ILS
  • INR
  • GBP
  • CAD
  • USD
  • AUD
  • EUR
  • JPY
Refroidir sous pression

Refroidir sous pression

Victoire à Denver

«Ressentez-vous la bonne ambiance», sourit le Canadien ICA Guillaume Boivin. Il posait la question à plusieurs reprises, passant d'un membre du personnel de l'équipe à un autre.

Vous vous attendriez à cette question APRÈS une victoire, mais presque étrangement, G a fait le tour dans un moment un peu tendu. Nous étions sur le point de commencer la dernière étape du COLORADO CLASSIC et nous étions toujours à la recherche d'une victoire. Pire encore, nous étions sans victoire depuis le début de notre voyage de course américain au Tour de l'Utah. Ouais, nous sommes venus très près, terminant encore et encore dans le top 6, mais il manquait quelque chose.


«C'était un peu frustrant», a expliqué le Canadien. "Nous savions que nous pouvions le faire mais nous devions le prouver".


Plusieurs fois, ce type de pression conduit à des sous-performances. Mais dimanche à Denver, il s'est traduit par un calme presque bizarre sous le feu.


Il y avait un plan mais les plans ne sont que des plans. Vous devez exécuter. Et quand le nouvel Israélien de l'équipe Guy Niv a eu besoin de changer de roue dans le deuxième des 10 circuits, il a semblé que nous avons perdu un coureur qui était supposé tenir une échappée à distance. Mais étonnamment, juste après avoir passé près de 10 minutes à revenir dans le peloton, il est immédiatement allé travailler devant. Il est resté là et a travaillé pendant 6 tours supplémentaires pour s'assurer que l'échappée restera proche. «C'était une légende», a déclaré son coéquipier canadien.


Dans les 2 derniers kilomètres, notre plan de départ a été exécuté à la perfection jusqu'au dernier virage. Là, c'était tellement chaotique que notre sprinter Räim a perdu la roue de ses coéquipiers. Mais son instinct et sa volonté ont pris le dessus et il a pu identifier une opportunité de «s'asseoir» au volant du sprinter rival le plus dangereux Travis Mccabe, puis il l'a dépassé et a sprinté sur une distance exceptionnellement longue pour remporter cette précieuse victoire.


Mission accomplie. "Certainement soulagé" admit Raim. "L'équipe a travaillé si dur pour moi ces deux dernières semaines. Je suis heureux d'avoir pu livrer pour eux".


Revenons au nouveau venu israélien Guy Niv. Pour lui, c'était sa première expérience de la victoire d'une équipe. "J'étais tout frissonnant quand j'ai franchi la ligne et j'ai réalisé que nous avions gagné".

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication

Chargement en cours ...